Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 09:03

Dans le tourbillon de fiscalité qui sévit sur notre pays actuellement, il est une taxe qui a pointé le bout de son nez il y a quelques jours pour disparaitre peu après. Etait-ce un test pour jauger la réaction du public et des vignerons en particulier ? On ne saura un jour prochain.

C’est la taxation du vin au titre du renflouement de notre Sécu-Titanic. L’idée telle que les médias l’on présentée, était de faire passer le prix d’une bouteille de 2.30€ à 10€. On n’a jamais su si la taxe en question s’exprimait un pourcentage du prix de départ ou « simplement » en euros par bouteille quel que soit le prix initial.

C’est pour les géniaux concepteurs de ce type d’impôts un moyen simple de faire rentrer l’argent.
D’un autre côté et en contrepartie, c’est aussi et sûrement un moyen efficace de mettre à terre une bonne partie de la viticulture française ; une des seules activités du pays qui rapporte encore de l’argent à l’export.

Je me demande toujours comment on peut être assez déconnecté de la vie en général pour accoucher de telles inepties sans rougir et sans se demander si on mérite son salaire de haut-fonctionnaire ou ses indemnités d’élu de la République.

Dans le même style, j’en ai une moi aussi. On pourrait taxer les poignées de porte dans les maisons. Toutes les études montrent que ces objets de notre quotidien sont des viviers de microbes en tous genres. Les gens qui ouvrent et ferment les portes sont contaminés par toutes les épidémies et doivent aller consulter un médecin et avaler des médicaments.

A ce titre les poignées de porte participent activement au trou de la sécu.


Donc, il faut taxer !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche