Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 10:08

Avec les pierres, je m’attendais d’une certaine façon au choc que j’allais recevoir en voyant leur scintillement me brûler la rétine au point de déranger tout mon cerveau.

Ensuite, ce fut la visite des ateliers de montres. J’y ai découvert un monde nouveau pour moi, extraordinaire, incroyable.

Je ne m’étais jamais vraiment intéressé à ces objets. Et là, j’ai pu toucher du doigt à quel point le génie de l’homme est mis à contribution pour les réaliser.

Là aussi, mon métier n’est jamais très loin et les parallèles avec le vin sont nombreux.

Beaucoup de montres ne donnent que l’heure. Beaucoup de vin ne sont que de simples boissons.

Mais certaines montres savent faire des choses en plus grâce à des « complications », c’est-à-dire des mécanismes spécifiques pour une fonction autre que le simple affichage de l’heure. Le génie de ces montres est de concentrer dans quelques mm2, des mécanismes complexes parfois très nombreux.

On peut avoir le temps universel en intégrant un siècle des variations des mouvements de le Terre. Ou alors l’aiguille des secondes qui stoppe pour bien marquer chaque seconde au lieu de filer sans s’arrêter. Il y a aussi la carte du ciel, valable à un endroit donné du globe que l’on définit soi-même. Ainsi, il existe des dizaines de complications différentes. Chacun de ces petits mécanismes supplémentaires rend la montre un peu plus exclusive.

Pour le vin, c’est aussi une accumulation de détails parfois subtils qui le fait passer du rang de simple boisson à celui d’œuvre d’art.

Beaucoup de vins peuvent être profonds, fin ou frais ; plus ces qualités cohabitent en même temps, plus le nombre de vins concernés est faible.

Finalement rares sont les vins qui concentrent toutes les qualités.

L’horloge raconte le temps ; c’est sa fonction première. Avec la course des planètes, c’est l’horloge qui matérialise le mieux le temps qui passe. Chaque seconde du temps qui passe est ainsi matérialisé dans le mouvement d’une aiguille.

Le vin raconte lui-aussi le temps.

Par sa qualité, son équilibre, il raconte le millésime et le cycle de la vigne dans ce millésime. La vigne suit aussi et interprète le parcours de chaque planète et de chaque étoile de l’univers.

Mais un vin c’est aussi le temps dans sa dimension historique. Une bouteille nous raconte un temps passé avec les gens qui l’ont fait vivre, la vie d’un domaine, d’une région ou d’un pays.

Les vignerons ne se souviennent-ils pas d’évènements au travers du cycle de leur vigne ou de leur vin ?

A la maison, j’ai accouché de ma fille alors que Jean-Michel aidait ses parents à planter une parcelle. C’était quelques années avant que nous reprenions le domaine. Ce matin du 22 mai, ma belle-mère était allée chercher Jean-Michel dans la plantation pour qu’il m’amène à la maternité.
Depuis, cette parcelle et le vin qu’elle produit tous les ans sont liés pour toujours à notre fille et à sa naissance.

Le vin raconte aussi le temps géologique. Les caractéristiques fines du vin (sa génétique en quelque sorte) sont issues du sous-sol sur lequel la vigne a poussé. Avec la dégustation du vin, on peut ainsi remonter le temps jusqu’aux ères géologiques qui ont donné ces couches du sol qui constituent le terroir.

J’ai souvent dit, ici-même et ailleurs, que la vigne est un animal. Elle a dépassé depuis longtemps le simple stade de végétal.

De la même façon, on peut aussi dire que ces montres sont des êtres vivants et ont dépassé le simple stade de machines.

Et pour ceux qui connaissent un peu les fondements de la biodynamie, elles semblent animées des forces de vie, les Ethers dont parle Steiner.

L’Ether de Chaleur, lié au temps, c’est par le ressort qu’il s’exprime. Grâce à lui, le mécanisme robuste et fiable peut assurer son rôle durant des années. Les hommes peuvent passer mais la montre reste, imperturbable aux dommages du temps.

L’Ether de lumière permet à la forme d’exister. Il s’exprime dans l’esthétique spécifique de chaque montre. La forme est le résultat d’une recherche esthétique poussée parmi toutes les contraintes mécaniques.

L’Ether de chimie est le moteur des réactions métaboliques dans le vivant « classiques » en présence d’eau. Dans les montres, c’est par des rubis lubrifiés, véritables roulements microscopiques que cette force permet au mécanisme de se mettre en mouvement. Comme dans des fonctions métaboliques, les actions de chaque composant s’enchainent dans un ordre précis pour obtenir à la fin le résultat souhaité. On ne transforme pas du sucre en alcool par une succession de réactions chimiques mais par exemple on transforme la détente d’un ressort pour donner à la fin d’un processus une indication de l’heure.

Enfin, l’Ether de vie agit en synchronisant toutes les fonctions entre elles pour créer une harmonie globale à l’ensemble. Tout fonctionne en même temps sans se gêner.

Le vivant, c’est aussi le rythme. Le respect de ce rythme est un paramètre fondamental dans le bon équilibre du vivant. Quelle chose est plus appropriée qu’un mécanisme horloger pour donner le rythme ?

Vous l’avez compris, je regarde maintenant différemment et avec un œil admiratif les mécanismes horlogers après cette visite qui fut une vraie révélation !


j’invite le lecteur à se pencher sur ces merveilles, expressions parmi les plus abouties du génie humain, mis au service du beau et du bon.

Un grand merci à ceux qui ont permis à cette visite d’avoir lieu…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche