Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Entre deux averses et deux traitements, les labours continuent et l’herbe continue de pousser. La nouveauté de l’année, c’est l’intervention régulière de notre fils Thomas qui pendant ses temps libres durant son stage vient décavaillonner nos vignes.

Il a conduit des enjambeurs durant plusieurs années à Pontet-Canet en boulot d’été et il a donc une solide expérience dans les tracteurs enjambeurs et les tracteurs tout-court.

Il s’est trouvé une passion pour les travaux du sol et cette année, son père lui a confié la gestion des labours dans les vignes à 1m ; celles qui sont travaillées à l’enjambeur.

Puis, il a entrepris les parcelles les plus délicates au décavaillonnage au tracteur interligne. Cette opération traditionnelle est longue et fastidieuse. Elle requiert patience et habileté car une charrue articulée va passer entre les souches pour aller sortir la terre et l’herbe qui s’y trouvent.

C’est pour toutes ses raisons que le décavaillonnage a beaucoup régressé dans les vignobles.

En fonction des modes on lui reproche aussi plein de choses sur la vie du sol, la fertilité de la terre,…que sais-je encore ?

Pourtant, il reste pour moi une opération primordiale qui donne au labour toute sa noblesse et tout son intérêt pour la pérennité des sols.

C’est la seule méthode pour vraiment retourner la terre et donc mettre les racines des herbes vers le haut et permettre aussi au sol de ne pas se resalir instantanément.

C’est certes un peu plus long mais beaucoup plus durable et peu consommateur d’énergie et de technique complexe (et donc perfectible).

La plupart des autres techniques ne font que lever le sol et les herbes, qui retombent au même endroit aussitôt après le passage de l’outil. Dans des conditions pluvieuses comme cette année, le sol se resalit tout de suite et il faut donc repasser.

Thomas s’est affranchi de sa mission avec brio. Il a même donné à cette saison de labour un air de neuf par son enthousiasme et sa volonté de bien faire et de faire mieux que d’habitude.

En étant ainsi poussé et presque bousculé par la génération suivante, on pourrait croire qu’on est devenu vieux !

Pourtant, ces vignes cela ne fait que…16 ans qu’on les a récupérées de la génération précédente. 16 ans déjà ? Quand même…

Les labours continuent
Les labours continuent

Partager cette page

Repost 0
Corinne Comme

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche