Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 08:40

Il y a quelques mois, je parlais ici-même de mon étonnement, sinon de mon énervement à avoir été contrôlée deux ans de suite dans l’opération de remplacement de l’agrément alors que théoriquement, on ne devrait être contrôlé en moyenne que tous les 5 ans.

 

Et bien, la barre est encore montée d’un cran car je viens d’avoir un appel pour un prélèvement de mes vins mis en bouteilles récemment. Cela va donc faire un grand chelem de 3 fois en 3 ans ! Bonjour le caractère aléatoire !...

 

Face à mon étonnement, le préleveur m’a expliqué que le nombre de déclarants étant limité dans cette petite appellation, il était normal de se retrouver prélevé plus souvent.

J’ai simplement signalé que les plans d’échantillonnages devraient peut-être faire l’objet d’une refonte pour tenir compte de ce point.

Notre appellation étant moribonde et si un jour je reste la dernière déclarante, je n’aurai pas assez de vin pour faire face à tous les prélèvements légaux que je devrai assumer seule.

 

On pourrait en rire si ce n’était pas notre argent que tout cela était rendu possible.

Je le savais et je l’avais dit, on est entré avec la nouvelle organisation des AOC, en plein délire soviétisant.

Il y a tous les ingrédients du système disparu mais sûrement regretté par certains : archaïsme, inertie, querelles internes, conflits d’influence, ambitions personnelles et règlements de compte. Avec un peu de bonne volonté, on peut même y déceler les procès stalinien pour éliminer ceux qui ne sont pas dans la ligne officielle.

 

Et pour rebondir aussi sur un message récent, je me demande de plus en plus pourquoi je reste au sein d’une AOC qui ne me sert à rien et qui visiblement n’apprécie pas ma présence et avant tout le succès que rencontrent mes vins.

 

Quand quelqu’un réussit dans son entreprise, il y a deux solutions. Soit on tente de comprendre pourquoi et comment il réussit dans le but de faire pareil. Soit on tente de le détruire.

Quelle est d’après vous l’option choisie par les apparatchiks de l’appellation ?...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eric Monné 22/04/2011 14:37


Bonjour Corine,
Mêmes conclusions que toi, nous avons été contrôlé 2 fois l'année dernière et cette année c'est reparti de même à chaque mise en bouteille. Notre AOC, Côtes du Roussillon Villages/Caramany est
minuscule et surtout nous étions deux, la Coopérative et nous à l'utiliser (encore). Si le taux de prélèvement est le même par appellation cela pose un problème d'égalité de traitement entre
producteurs. Sans parler des échantillons et pourquoi pas des mises spéciales organismes de contrôle?
Eric


Antonin Iommi-A 21/04/2011 10:50


Gombaude-Guillot, pardon !


Antonin Iommi-Amunategui 21/04/2011 10:48


Gombaude-Guillaut (Pomerol) a reçu la même demande et été "prélevé" hier. Une histoire d'appellation ? Hum hum.


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche