Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 09:09

J’ai parlé à de nombreuses reprises des conséquences de l’orage de grêle qui nous a touchés à la fin mai.

Nous avons du passer beaucoup plus de temps que d’habitude dans les vignes par la faute d’une végétation désordonnée qu’il convenait de rectifier au mieux en  pensant aux quelques raisins encore présents et aussi à la taille de la prochaine saison.

 

Pourtant, lorsque les moyens humains ou la motivation arrivent à faire défaut, il est très facile d’atteindre un stade pour lequel il devient difficile de s’en sortir.

Plus le temps passe, plus les branches poussent et plus le désordre dans la végétation devient ingérable.

Lorsque cette situation est atteinte sur une partie importante du vignoble, il n’y a plus rien à faire ; on  ne peut pas s’en sortir.

 

C’est ce qui semble arriver non loin de chez nous.

 

 friche.JPG

Je ne suis pas là pour juger car je pourrais très bien être dans la même situation.

 

Parfois, la limite entre le bon et le moins bon côté est tellement mince que l’on ne maîtrise par forcément son propre destin.

 

Heureusement, l’an prochain sera une autre année ; meilleure peut-être…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Valérye 06/08/2010 12:07


Nous avons également grêlé et il a fallu également s'attacher à bien prendre soin de la vigne. La grêle fut suivie deux jours plus tard de 45 mm d'eau en deux heures mais le vent qui a de suite
soufflé fort pendant trois jours a vite assaini la situation. Nous avons donc pu entrer dans les parcelles pour traiter très vite. Bon courage à vous !


albert 04/08/2010 22:57


sympa de voir enfin une photo sur votre blog


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche