Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 08:54

 

Hier en voiture,  j’écoutais à la radio un débat entre les deux candidats finalistes de notre circonscription.

Le constat est affligeant et particulièrement s’agissant de l’agriculture.

 

L’un ne propose rien et en ce sens il suit la droite ligne de ce qui a été fait depuis longtemps.

 

L’autre a une idée et quelle idée ! Il s’agit de regrouper les services administratifs concernés par l’agriculture pour optimiser l’octroi d’aides aux agriculteurs ! Dans ce sens, il s’agit de confirmer ce qui se fait déjà.

 

Donc, dans l’esprit du seul des deux qui pense et même de celui qui ne pense pas, l’agriculture c’est une série d’aides et uniquement des aides.

 

Dans ce schéma, la denrée agricole devient secondaire. Son rôle vital dans l’alimentation de l’homme est totalement remisé au second plan.

D’ailleurs, on paie déjà des agriculteurs pour qu’ils ne produisent pas dans certains de leurs champs.

Paradoxe affligeant !

 

Il y avait déjà les logiciels de gestion qui orientent le choix de l’agriculteur vers telle ou telle culture en fonction des aides en vigueur au moment du semis.

 

Appliqué à la viticulture (industrielle) qui souffre et qui se meurt, celle qui m’entoure, on peut penser subventionner une année la production de rouges fruités, puis de rosés l’année suivante ; pour suivre des marchés sur lesquels on a toujours un temps de retard.

 

Là où les choses se gâtent, c’est quand il faut convertir des vignobles rouges en blanc ou inversement parce qu’on a senti un frémissement sur la demande pour telle ou telle couleur que nous ne savons pas offrir. Dans ce cas, les pouvoirs publics doivent ouvrir un peu plus grand leur portefeuille (déjà vide) pour assumer le prix d’une replantation.

Et quand le vin des nouvelles parcelles arrive sur le marché, les tendances ont déjà rechangé et tout est à recommencer.

 

Dans une autre époque et un autre pays, on appelait cela l’économie planifiée. On en a vu les résultats…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche