Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 21:09

En cette fin d’hiver, il n’y a pas que les vignes qui s’activent.

Contrairement à une bonne partie du bordelais, je ne me sens pas concernée par les dégustations primeur qui arrivent. Donc, pas d’excitation de ce côté-là.

Je ne dis pas que rien ne va se passer chez nous au début du mois d’avril. Des clients qui viennent sur Bordeaux pour les primeurs vont quand même passer à la maison pour garder le contact et déguster mes vins ; mais seulement ceux qui sont en bouteilles.

L’activation dont je parlais vient plutôt du conditionnement avec la préparation de nombreuses commandes.

Au retour de New-York, il y a eu une grosse commande pour cet endroit. Est-ce une conséquence de notre voyage là-bas ? Je ne le sais pas vraiment mais il me plait de penser que oui ; histoire de rembourser les frais…

Il y a aussi de nombreuses autres expéditions, petites ou grosses qui partent loin ou près de nous.
La mise en bouteilles arrivant pour deux vins dans les jours prochains, les clients en profitent pour demander des panachages des différentes cuvées que nous élaborons.

En général, les gens commandent deux ou trois références en même temps ; sur les 3 étiquettes de la gamme.

De ce fait, notre bâtiment de stockage des bouteilles est pratiquement vide. C’est à la fois effrayant et terriblement réconfortant.

Dans quelques jours, il en sera autrement. Et comme l’essentiel du vin à mettre en bouteilles est déjà retenu, Corinne n’a pas fini de mettre des bouteilles sur la ligne de l’étiqueteuse !

Il ne faut pas oublier les formalités avant et après, les factures à préparer,…

Bref tout le travail qui fait aussi notre quotidien et qui n’est jamais vu par les gens de l’extérieur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

thomas 28/03/2014 13:27

pontet canet 2008 servi au président chinois hier soir à Versailles

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche