Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 20:13

La semaine dernière, nous avons pu fêter la fin de cette vendange 2014. Dans la précipitation, je n’ai même pas pris une photo.

Tous les ans, j’ai l’impression d’avoir le même propos, car tous les ans, c’est la même chose dans les rangs de vigne. Longtemps avant la fin de la récolte, les vendangeurs discutent du menu et négocient entre eux le contenu du repas.

Ce sujet s’incruste dans de nombreuses conversations ; pratiquement depuis le premier jour.

Il ne faut pas penser y voir des mets délicats. En général, c’est de la vraie cuisine de terroir ; celle qui est bonne et conséquente ; sans se prendre la tête.

En entrée, il y a invariablement les charcuteries qui sont là-aussi un passage obligé. C’est sûrement pour moi une des rares occasions d’en consommer car depuis que j’ai travaillé dans ce secteur à la sortie de l’école, j’ai des problèmes avec les rillettes et autres saucissons.

Pour ce qui est du plat principal, cette année, ils ont opté pour un jambon cuit au four. C’est un choix que j’ai accepté car c’est un plat simple à préparer, qui « abonde » et qui donne une viande tendre et juteuse.

Pour le dessert, j’avais eu le malheur de dire que je savais faire les babas au Rhum, donc j’ai eu à en préparer. Il y a très longtemps que mes petits moules n’avaient pas été utilisés !

C’est un plat qui tend à nous ramener dans les années de ma jeunesse, mais qui finalement se laisse manger avec plaisir.

Pour les vins, il y avait fort logiquement des bouteilles de la maison mais aussi des vins d’autres producteurs amis. Suffisamment pour rendre les pommettes un peu rouges mais sans excès.

C’est aussi dans ces cas-là que les gens commencent à se confier sur leur vie et des sujets parfois intimes.

Les personnalités peuvent apparaitre au grand jour sans fard.

Ainsi, on y apprend des joies, des peines et parfois des déchirures. C’est une vraie fresque de la vie qui se peint devant nous.

Quoi qu’il en soit, ces repas ne sont que des prétextes à se retrouver une dernière fois avant que chacun ne reparte dans sa vie ; jusqu’à l’année prochaine.

Certains ont fait toutes les campagnes depuis nos débuts. C’est dire si les liens qui nous unissent sont devenus forts.

Comme tous les ans, je souhaite les revoir au même endroit, avec le même sourire pour la prochaine vendange.

Mais pour le moment, je les remercie du fond du cœur d’avoir partagé ses instants intenses de ma vie de vigneronne pour une récolte belle, bonne et généreuse.

Bon vent à eux ! Et à l’année prochaine !...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche