Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 17:31

 Cela fait 3 semaines que je n’ai pas donné de nouvelles de notre petit domaine. Pourtant, j’existais encore. Jean-Michel et moi avons profité de la trêve estivale pour aller voir du côté de la Californie et de ses vignobles.

Nous ne sommes pas partis autant de temps, mais au retour, la réalité nous a rattrapés et il a fallu s’occuper de choses très matérielles avant de raconter ma vie.

Maintenant que le rythme  normal revient, me revoilà donc ici-même.

 

Je n’étais jamais allée en Californie. J’avais vécu cette région par l’intermédiaire d’un séjour d’étudiant que Jean-Michel y avait fait il y a bien longtemps à l’occasion d’un stage.

 

Nous avons essayé de voir les différents maillons de la chaine jusqu’au consommateur final et sans oublier le sacro-saint oeno-tourisme ; planche de salut espéré pour bon nombre de vignerons hexagonaux désœuvrés.

 

On a l’habitude de dire que l’Amérique est un pays jeune. C’est aussi vrai pour sa viticulture, même dans une région aussi prestigieuse que la Napa Valley. La diversité des écartements et des modes de conduite témoigne de cette recherche d’une voie. Dans notre vision biodynamique, c’est un peu l’époque de l’adolescence, celle où on s’essaye à tout sans ligne directrice précise.

Par rapport au premier séjour de Jean-Michel, il semble que beaucoup de progrès ait été fait.

Mais il reste encore beaucoup de vignes larges en « parasol », c'est-à-dire en cordeau retombant, sans fil de levage et surtout sans que les raisins n’aient jamais vu le soleil jusqu’à leur transport vers les chais.

Là-bas comme ailleurs, il n’y a pas que des grands vignerons !

 napa2.jpgnapa1.jpg

On voit cependant une diversité incroyable de systèmes de conduite qui cohabitent, souvent au sein d’un même domaine. Les  personnes rencontrées n’ont pas d’idée très précise sur la ligne à tenir pour les futures plantations.

 napa4.jpgnapa3.jpg

Nous avons eu l’opportunité de faire des dégustations de vins de terroirs différents et vinifiés par la même personne. Comme partout, le terroir s’est fait sentir avec des différentes marquées d’un vin à l’autre.

 napa5.jpg

Comme souvent ou presque toujours, les tuyaux d’irrigation suivent les rangs. Je reste totalement hostile à cette technique qui est un reniement du terroir. Nous avons visité un domaine qui pratique la culture sèche, sans irrigation. Pour les autres, la question ne semble même pas s’être posée alors que certaines zones pourraient très bien se passer d’eau extérieure. Une révolution culturelle met du temps à se faire et je suis persuadée qu’elle se fera au moins chez certains leaders.

Pour y arriver, il faudrait prendre un peu de recul sur les pratiques, les densités de plantation et aussi les zones dans lesquelles on plante. Il y a tellement d’endroits propices à la vigne dans le monde qu’il parait aberrant de l’installer justement dans des zones où elle ne peut pas pousser seule, sans aide humaine.

 

En ayant débordé un peu plus loin en Californie, on a pu constater que le problème de la gestion de l’eau se pose en termes très crus et pratiques. Les réserves sont presque à sec, c'est-à-dire à moins de 10% de leur capacité. Et des slogans aperçus ça et là au bord de  la route, font la preuve que le débat est ouvert. C’est toute la différence qu’il y a entre le développement et le durable. Certains veulent nous faire croire qu’on peut avoir les deux. Mais dans la pratique, l’un joue souvent contre l’autre !

 

Enfin, la réglementation qui régit la viticulture locale doit tenir dans une seule feuille. La Californie est inscrite dans une démarche de préservation de l’environnement. A ce titre, on ne peut pas faire n’importe quoi quand on veut planter ; et c’est tout à fait normal. Mais sorti de cette contrainte, on fait ce que l’on veut.

Dans ce pays libéral, c’est le marché qui fait la différence et qui permet de dire ce qui doit être conservé et ce qui doit disparaitre. Chez nous c’est un peu la même chose sur le rôle du marché, mais entre temps, on maintient hors de l’eau des choses qui sont de toutes les façons condamnées et plus on attend, plus la chute est sévère.

On plante ce qu’on veut où on veut. Et on assume ses choix. C’est tout simple et finalement tellement plus logique.

Si ça se trouve, dans 3 siècles, ils en seront rendus au même stade que nous avec des règlementations nombreuses, croisées, antagonistes, démotivantes et étouffantes… et finalement peu dissuasives pour les fraudeurs.

 


Suite au prochain numéro…

 

Partager cet article

Repost 0
Corinne Comme - dans Divers
commenter cet article

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche